Quelles actions pourrait mener la société afin de contribuer activement à l’épanouissement de la gent féminine ? Géovanny Kakpovi nous donne un bel exemple à travers cet article qui met en avant les bonnes œuvres de l’association  AMOIA .

« Il n’y a de richesse que d’hommes » voilà l’adage qui illustre aussi bien l’ambition que les actions de l’association AMOIA. Comme l’indique son crédo « Inspire Our Generation », cette association humanitaire impacte la société béninoise en employant le peu de moyens dont elle dispose pour donner le sourire aux orphelins et participer à l’autonomisation des femmes.

Déjà des efforts considérables

En Août 2016, au lancement des activités de l’association Ufes Bénin dont AMOIA est le premier partenaire, Esther Vilate présidente de l’association, affirmait que « l’association AMOIA à travers ses pôles enfants et santé veut aider les communautés à la base dans leur différente couche pour leur plein épanouissement ».

Respectueux donc de son engagement à travailler pour l’épanouissement des personnes défavorisées, prioritairement les orphelins et les personnes en grande précarité, l’association a depuis sa création, mené ses activités en milieu rural. Houin, Hêvié, Todo, Aganmalomè, en tout 10 villages ont reçu la visite des membres de cette association entre 2016 et 2017. Sans renfort médiatique et avec les moyens de bord, ils y sont allés les bras chargés de divers présents.

C’est ainsi qu’en 3 missions au Bénin, 20.000 livres et manuels scolaires ont été collectés pour les mini-bibliothèques de cœur. Initiée en Décembre 2017, la campagne « Un Jouet Pour Aimer », a permis de collecter 2000 jouets au profit de 800 enfants de 2 différents orphelinats. Ces enfants ont également eu droit à des vêtements collectés à travers des opérations de dons. D’autres enfants ont eu la chance d’être parrainé par des citoyens français qui vont assurer leur scolarité et autres besoins fondamentaux. A l’instar des enfants, les femmes ont aussi eu droit de cité dans les actions de l’association. C’est ainsi que dans le programme d’autonomisation 800 femmes ont été rencontrées et outillées pour mener diverses activités.

De belles perspectives pour les femmes rurales

Malgré un tableau de chasse déjà bien garni, l’association AMOIA sous l’impulsion de sa présidente Esther Vilate, n’entend pas dormir sur ses lauriers. Elle projette donc pour le compte de son pôle Education, de doter la bibliothèque de Savalou de manuels et livres scolaires et d’en créer trois autres (mini-bibliothèque) dans la commune de Kpomassè. Sillonner les villages afin de vacciner, sensibiliser, suivre et accompagner les femmes enceintes des milieux ruraux qui ne vont généralement jamais consultées, c’est le but du programme « Bus de la Santé ». Ce programme va permettre de disposer d’un bus avec le matériel et les moyens nécessaires pour prodiguer des soins de premières nécessités aux populations des milieux ruraux.

Des conseils seront apportés aux femmes afin d’avoir recours au planning familial afin de limiter les grossesses non désirées et espacer les naissances, en ce qui concerne le pôle Santé. Pour le droit des femmes, l’association compte mettre en place un système de crowfunding et de crowdtiming repensé au Bénin et en Afrique de l’ouest. Ceci dans le but de créer une plateforme internationale où les projets de jeunes filles et femmes dans le besoin, seront publiés. Les personnes intéressées seront en mesure d’aider en donnant de l’argent et en proposant d’apporter des compétences nécessaires au projet ou de donner des produits nécessaires au projet. Pour y arriver, l’association projette un dîner de charité qui sera organisé au Bénin et en France pour la collecte de fonds.

Rappelons que AMOIA est une association humanitaire de loi 1901 et qui a vu le jour en Mars 2016. Enregistrée à la Préfecture de Nogent-Sur-Marne en France, elle est apolitique, indépendante, laïque et à but non lucratif et constituée d’une quinzaine de membres bénévoles en France et au Bénin. Ses principales missions sont de promouvoir la culture béninoise dans le monde à travers, l’artisanat, le tourisme. L’association AMOIA a également fait de l’autonomisation des femmes en milieu rural et de la réinsertion des enfants, et jeunes dans le milieu scolaire et/ou dans un métier, une priorité. En témoigne ses actions menées jusque-là à travers lesquelles, elle compte impacter durablement sa génération.

Irmine Fleury Ayihounton

Irmine Fleury Ayihounton

Béninoise née en 1995 à Cotonou. Spécialiste en Développement Communautaire - passionnée des questions de santé de reproduction, leadership et développement.

Laisser un commentaire