C’est à Whistler, situé dans les montagnes de la chaîne Côtière, qu’a eu lieu le premier panel interactif entre les Ministres de développement du G7 et des jeunes-filles leaders, défenseures des droits des filles.

Venues de la Jamaïque, du Mali, de l’Afrique du Sud, du Liban, du Canada et du Bénin, 6 jeunes filles leaders engagées pour le mieux-être de la gent féminine dans leurs différents pays ont porté un fort plaidoyer. Elles ont partagé leurs expériences, leurs motivations, les réalités que vivent les filles dans leurs pays et les défis auxquels elles sont confrontées. Les discussions ont révélé que les adolescentes-filles sont confrontées à de nombreux problèmes qui entravent leur épanouissement et leur pleine participation à l’économie et à tous les aspects de la société. Cette réunion était l’occasion idéale pour les jeunes filles leaders de faire comprendre aux décideurs la nécessité d’agir avec et en faveur des adolescentes-filles, en faisant de leur implication une priorité. Elles ont également partagé des solutions adéquates, telles qu’elles les envisagent et qui pourraient permettre un inversement de la tendance générale.

Assises autour de la grande table avec les Ministres du développement des sept (07) puissances économiques mondiales, elles étaient les portes paroles de leurs communautés, leurs pays et leurs continents. Les problèmes évoqués s’inscrivaient dans la catégorie de l’égalité entre les sexes ; l’éducation de qualité et la santé sexuelle et reproductive. Si les problèmes des adolescentes semblent être les mêmes partout, ils ne sont pas cependant vécus de la même manière. Les solutions proposées étaient donc multiples. Entre autres, les jeunes-filles leaders ont suggéré que le G7 : –    soutienne le leadership des jeunes activistes et investisse dans leurs actions ; –   investisse dans les programmes intégrés en faveur des adolescentes-filles ; –     assure une éducation de qualité et le maintien des filles à l’école ; –      promeuve l’accès aux soins de qualité en matière de santé sexuelle et reproductive ;-     fasse des filles des acteurs de changement afin qu’elles développent leur potentiel ; –    offre les mêmes opportunités à tous et implique les communautés à la base.

Découvrez à travers ce lien : https://goo.gl/HCgR7G la déclaration des Ministres issue des trois jours de discussions. C’est la preuve que leur plaidoyer a été entendu et là se trouve toute notre satisfaction.

Comme en témoigne les propos de la Ministre du Développement international et de la Francophonie Marie-Claude Bibeau, « … Les six jeunes meneuses qui ont participé à la réunion nous ont rappelé à quel point la consultation des collectivités locales et la participation des femmes et des filles à la prise de décisions sont importantes. Leur participation, leurs idées et leur passion ont donné une dimension humaine à la réunion et rendu les enjeux bien réels pour nos invités du G7. »

Nous espérons désormais pouvoir compter sur le G7 pour un mieux-être des adolescentes-filles et leur pleine participation au processus de développement.

Irmine Fleury Ayihounton

Irmine Fleury Ayihounton

Béninoise née en 1995 à Cotonou. Spécialiste en Développement Communautaire - passionnée des questions de santé de reproduction, leadership et développement.

Laisser un commentaire