Le vendredi 16 juin 2017, à l’occasion de la Journée de l’Enfant Africain, le Bénin a lancé en présence d’un grand nombre de personnes, d’organisations et de représentants de la Société Civile la Campagne Tolérance Zéro au mariage des enfants en République du Bénin.

UNICEF

En effet, au Bénin, les statistiques révèlent que trois (3) filles sur dix sont mariées avant l’âge de 18 ans. Elles deviennent femmes au foyer et mères très jeunes ; elles n’arrivent plus, dans la plupart des cas, à poursuivre leurs études et ne jouissent donc plus de leurs droits, ne contribuent pas efficacement au développement de leur pays et par conséquent, perpétuent le cercle de la pauvreté. Ayant pour objectif précis d’enrayer les violences sexuelles que subissent les enfants, y compris le mariage des enfants, la campagne s’étend sur une durée de 03 ans, de 2017 à 2020, et vient honorer après 26ans, la volonté du Bénin d’offrir un environnement protecteur aux enfants, dans le cadre de l’adoption de la charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant. La mobilisation sociale, le plaidoyer et les actions de proximité sont les trois grandes stratégies utilisées dans le cadre de cette campagne.

Cet acte responsable, à l’endroit des enfants, fait du Bénin le 20ème pays à s’engager  pour la Campagne Tolérance zéro au mariage des enfants, une initiative recommandée par l’Union Africaine en 2014 au plan continental. La particularité de cette campagne au Bénin est que toute la population s’est mobilisée.

 

UNICEF

Les jeunes activistes, à travers la grande marche en prélude à la campagne, ont fait un plaidoyer à l’endroit du gouvernement afin qu’il bâtisse un arsenal juridique fort et réclamé la mise en application du code de l’enfant qui, en ses articles 345, 346, 347 et 348, fait cas d’un emprisonnement allant de 03 à 10 ans et d’une amende de 100.000 à 500.000 Fcfa pour les auteurs du mariage des enfants.

Le concert « tolérance zéro au mariage des enfants » d’ octobre 2017 et le morceau réalisé par le collectif des artistes sont la preuve de l’engagement de ces derniers à soutenir la campagne. « Je ne veux pas de ce mariage forcé, juste un peu de temps et je pourrai choisir, je ne veux pas de ce mariage forcé, ne m’arrachez pas ma dignité », tel est le refrain du morceau qui sensibilise sur la question.

De juin à mars cette campagne a suscité, en nombre de personnes, la volonté d’agir en faveur de l’épanouissement des enfants et nous espérons que des actions, il y en aura davantage.

Obinrin suit de près la Campagne Tolérance Zéro au mariage des enfants en République du Bénin.

 

Irmine Fleury Ayihounton

Irmine Fleury Ayihounton

Béninoise née en 1995 à Cotonou. Spécialiste en Développement Communautaire - passionnée des questions de santé de reproduction, leadership et développement.

6 Comments

Répondre à Monkpon islamia Annuler la réponse.